Le décollage

Un planeur peut décoller par différents moyens : soit en étant remorqué par un avion, soit en étant tracté par un treuil. Dans tous les cas (remorqueur ou treuil) le planeur se lâche à environ 500m d’altitude et évolue ensuite en autonomie.
A Lille Planeurs nous utilisons un ULM remorqueur. 
Certains planeurs sont équipés d’un moteur d’appoint leur permettant de décoller seuls.

Cliquez sur la galerie d’images pour visualiser en plein écran.

Le vol

Une fois lâché de son remorqueur, le planeur doit chercher un moyen de gagner de l’altitude pour prolonger le vol. Il y a deux moyens de gagner de l’altitude :
– en profitant des courants d’air chaud qui s’élèvent (les « thermiques » ou « ascendances »);
– en profitant du vent qui remonte sur un flanc de montagne.
Dans notre belle région du Nord on n’a pas de montagnes, mais on a des thermiques. En fonction de la météo nous pouvons voler jusqu’à une après-midi entière sans se poser.

L’atterrissage

Le planeur est équipé d’aérofreins très efficaces qui permettent au pilote de contrôler sa vitesse de descente et d’ajuster précisément son point de contact avec le sol.
La vitesse d’un planeur à l’atterrissage est de l’ordre de 90 km/h.

Crédit photos © Antoine Alacusos